Recherche sur ce blog

mercredi 25 mai 2016

Journal d'un vampire en pyjama // Mathias Malzieu


Présentation  :
« Me faire sauver la vie est l’aventure la plus extraordinaire que j’aie jamais vécue.

Mon avis :
Le tant attendu livre épistolaire et autobiographique de notre magicien des mots est enfin arrivé entre mes mains.

Une présentation qui ne manquera pas de nous rappeler les résumés mono phrasés des livres de Nothomb, Mathias Malzieu nous en dit peu mais suffisamment pour donner le ton rageusement vivant de ses mémoires de survivant.

 La lutte pour la vie de Mathias débute lors du tournage d'un clip de Dyonisos, le teint pâle, les jambes fuyantes, un cœur qui s'emballe un peu trop lui mettent la puce à l'oreille, quelque chose ne tourne pas rond dans son corps de petit rouquin.
Quelques examens plus tard le diagnostic tombe. Ses années, ses mois, puis ses semaines seront comptées faute de traitement, faute de greffe.

C'est cette longue route vers les portes de la mort que nous raconte l'auteur, avec sa bonhommie légendaire, son art d'user de la langue française, de la rendre plus belle encore que son sens, et sa personnification des peurs dont il est coutumier autour d'une superbe Dame Oclès, maîtresse-femme du monde des morts.

Son combat paraît moins lourd porté par de jolis mots, pourtant l'on sent sa peur de perdre les instants précieux. L'importance que prennent les petits riens dans une vie de condamné, le déhanché nonchalant de sa femme dans les couloirs de l'hôpital , le rôle majeur des infirmières, "distilleuses" d'espoir, les baisers couverts de rouge à lèvres, l'espérance d'un père déjà rongé par la perte sa femme, le pétillant d'un coca-cola et surtout la musique, sa compagne des premiers jours ...

L'écriture de Mathias Malzieu chante le malheur avec poésie, les drames sont cachés au cœur des chamallows mais les sentiments, eux,  restent intacts.

Un livre qui nous parle de perfusion, d'opération, de chambre stériles, de greffes et d'interdits sans jamais pleurer ( ou presque), dans un éclat de rire et l'éclosion d'un son, une ode à la vie enrubannée d'espoir, de reconnaissance, de contemplation d'un monde si beau qu'on ne le voyait plus, d'une liberté si innée qu'on ne la célébrait plus.
 
La poésie, la vraie et dans une si jolie prose qu'elle se dirige droit au cœur.
 

4 commentaires:

  1. Le charme a encore opéré ! il est sur la table de chevet d'Eric ! j'y viendrai peut-etre un jour... Je préfére m'évader avec des histoires fictives ! ;) une protection contre la vraie peur ! bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne résiste jamais à ce Mathias ... ;-) Tu me diras ce qu'Eric en a pensé !

      Supprimer
  2. Très belle présentation june. Chaque fois tu nous donnes envie de lire l'ouvrage que tu proposes. Je veux vraiment le lire. D'après tes mots, le génie de Malzieu à encore frappé, tantôt sensible, tantôt drôle, tantôt gravem. Je veux le lire ... Merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon cher Anonyme, ma bibliothèque est la tienne ;-)
      Merci d'avoir lu mon article !

      Supprimer