Recherche sur ce blog

mardi 3 novembre 2015

Bird Box // Josh Malerman

Présentation des éditeurs :
Malorie élève ses enfants de la seule façon possible : barricadés chez eux. Dehors, il y a un danger terrible, sans nom. S’ils s’aventurent à l’extérieur, ce sera les yeux bandés pour rester en vie. S’ils ôtent leurs bandeaux, ils se donneront la mort avec une violence inouïe. Malorie a deux solutions : rester cachée avec ses enfants, isolée, ou bien entamer un terrifiant périple jusqu’au fleuve dans une tentative désespérée, presque vaine, pour rejoindre une hypothétique colonie de survivants. La maison est calme. Les portes sont verrouillées, les rideaux sont tirés, les matelas cloués aux fenêtres. Les enfants dorment dans la chambre de l’autre côté du couloir. Mais bientôt, elle devra les réveiller et leur bander les yeux. Aujourd’hui, ils doivent quitter la maison et jouer le tout pour le tout

Mon avis :
Comme beaucoup, j'ai succombé aux charmes singuliers de la vague "fin du monde" et zombies en tous genres. Au cinéma dans un premier temps puis via les séries avec The walking dead en chef de file.
C'et tout naturellement que ce genre a pris ses quartiers dans mes lectures du moment.

Pour la première fois de mon aventure littéraire, j'ai connu la tension, l'angoisse. Parce qu'au dehors le monde se dissout, s'automutile, s'éteint peu à peu. Le danger fait rage, un mal inconnu assigne l'humanité à résidence, la cloître, la contraint à rester recluse.

L'histoire se dévoile en flash-back énigmatiques.  Avant,  et après "les enfants".
Malorie est enceinte au tout début de l'histoire, ce qui nous glace le sang dès les premières pages.
Quel peut être l'avenir d'une femme enceinte dans un monde en ruine, sans médecin, sans nourriture, sans eau courante, sans électricité ? Mais elle s'accroche, entourée d'un petit groupe de survivants qu'elle a rejoint, et de Tom, cet homme si bon, si loyal, si fiable. Refugiés dans une maison de banlieue d'une ville fantôme ils résistent là, calfeutrés, fenêtres obstruées, survivant au grès d'expéditions de ravitaillement effectuées les yeux bandés. Car le noir, l'aveuglement, les préservent du mal.
Mais le jour tant redouté de l'accouchement arrive, et avec lui vient le silence. Plus personne dans cette maison pour venir en aide à Malorie. Plus personne, plus une voix. Disparus ? Morts ? C'est seule qu'elle doit protéger ses nouveau-nés, dans le silence, et l'aveuglement.

Ce livre nous apprend à craindre l'ennemi du dehors  tout autant que l'homme qui vous tient la main. Lorsque le monde s'effondre l'homme ne tend pas forcément vers la sauvegarde de son espèce, le chacun pour soi prend le contrôle, le moi d'abord, la violence, la folie,  au détriment de la survie de tous. Alors l'homme devient dangereux, davantage encore que ce "mal" qui rode dehors.

Tout le génie de ce livre repose sur la suggestion, le mal n'est jamais nommé, jamais décrit, voilà qui est pire encore que de savoir contre quoi ou contre qui se battent Malorie et ses enfants. L'imagination est mère d'angoisse, d'amplification de nos peurs profondes.
Un livre à la frontière de l'horreur et de la dyspopie qui résonne finalement comme une ôde aux puissantes  ressources de l'être humain.

A lire et à faire lire d'urgence.
 

8 commentaires:

  1. Joli cette transformation de blog ! ça fait un peu peur !!! mais moi j'adore !

    Ce livre est sur ma wish list, j'attends sa sortie poche ! ;) Bise ma June !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je sais maintenant que tu as l'ebook, fais toi frémir !

      Supprimer
    2. Et merci pour le relooking !! j'en avait envie depuis longtemps mais je n'avais pas les outils, maintenant mon imagination a libre court ! J'aime aussi beaucoup ton changement féérique de fin d'année , au passage ;-)

      Supprimer
    3. Je suis en plein dedans et j'adore !!!! J'espère que la fin va être à la hauteur de cette tension qui va crescendo !

      Merci pour le retour du compliment ! bisous

      Supprimer
  2. Je me souviens avoir été complètement scotchée par la lecture de ce roman, quasiment en apnée !
    Il est très réussi ce relooking de blog, bravo ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même sentiment, une angoisse étouffante qui t'oblige à tourner les pages coûte que coûte.
      Merci pour le blog, petite acquisition d'un logiciel qui m'a donné des idées ;-)

      Supprimer
  3. Ce livre est très intrigant, il faut que je le lise :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Premier du genre pour moi, une vraie découverte, que dis-je ?! Une excellente rencontre ;-)

      Supprimer