Recherche sur ce blog

lundi 16 mars 2015

Les lieux sombres // Gyllian FLYNN

Présentation des éditeurs :

Libby Day a sept ans lorsque sa mère et ses deux sœurs sont assassinées dans leur ferme familiale. Rescapée par miracle, la petite fille désigne le meurtrier à la police, son frère Ben, âgé de 15 ans. Ce fait divers émeut tout le pays, et la jeune Libby devient un symbole de l'innocence bafouée. Vingt-cinq ans plus tard, alors que son frère est toujours derrière les barreaux, Libby, qui ne s'est jamais remise du drame, souffre de dépression chronique. Encouragée par une association d'un type très particulier, elle accepte pour la première fois de revisiter les lieux sombres de son passé. C'est là, dans un Middle West désolé, dévasté par la crise économique et sociale, qu'une vérité inimaginable commence à émerger. Et Libby n'aura pas d'autre choix pour se reconstruire, et peut-être enfin recommencer à vivre, que de faire toute la lumière sur l'affaire, quelles qu'en soient les conséquences.

Mon avis : 

Un roman noir plus qu'un thriller, les lieux sombres, un livre qui embarque le lecteur dans les profondeurs d'une couche sociale américaine tourmentée et démunie.

L'histoire est d'une noirceur peu commune. Une dissémination familiale sanglante, un procès bâclé, une réputation à jamais ternie, des séquelles ancrées pour les deux seuls survivants. Ben incarcéré à l'âge de 15 ans pour le triple meurtre de sa mère et ses jeunes sœurs et Libby, la rescapée, à quelques orteils près, errant aux pays des vivants.

Libby n'est même pas aimable, son personnage froid, retiré du monde n’inspire aucune sympathie. A la fois cleptomane et profiteuse, elle n'hésite pas à se servir de son drame pour récolter un peu d'argent. C'est ainsi qu'elle adhère au Kill Club, une association de passionnés de faits divers, qui enquête on ne sait pourquoi sur des affaires classées. Accueillie en victime-star-calomnieuse du crime, Libby se fait l'instrument de ce Club pour légitimer leurs recherches et empocher, accessoirement, des centaines de dollars pour renflouer son compte en banque de bonne à rien.
Oui mais ... A chercher la vérité, ne serait-ce que par intérêt, on finit par la trouver.

Et cette vérité, aussi odieuse qu'elle soit, est livrée en deux temps. A nous lecteurs, grâce à un judicieux système de flash-back qui dissèque heure par heure la journée du crime ultime. Ce fameux 2 janvier 1985, dernier jour de vie d'une famille à l'agonie, sans le sous, baignée d'une misère qui colle à la peau à l'instar du napalm. Libby, elle, devra plonger dans les entrailles de son présent pas moins sombres que celles de son passé, de non-dits en violences, de vices en déchéances, elle renouera avec ses racines poisseuses.

Une montée puissante nous emmène aux portes des révélations, aussi glauques qu'imprévisibles, dénuées de sentiments à l'image de la vie rude de ces oubliés du système, luttant en vain contre une fatalité irréversible.

Gyllian Flynn ou la spirale infernale d'un mauvais karma, quand aspiré par un gouffre sans fond, le souffle manque.

Un exceptionnel roman noir, qui confirme l'extraordinaire talent de Gyllian Flynn.
Le livre sera adapté au cinéma cet été. Restez vigilants et préparez-vous.


14 commentaires:

  1. Hmmm...
    Tu m'as donné envie ;)
    A retenir donc ! Surtout si une adaptation ciné est prévue ;)

    RépondreSupprimer
  2. Excellente chronique ! Merci à toi June !

    RépondreSupprimer
  3. Whaou,quel billet.! J'ai bu tes phrases...Maintenant, je sais à quoi m'en tenir.
    J'ai vu la Bande annonce. C'est noir! Merci, je pense le lire avant la sortie film. Merci Biz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas encore vu la bande annonce mais il me tarde de voir qui incarnera Libby Day ...
      A lire quand le moral va bien, petit conseil d'amie !

      Supprimer
  4. J'ai beaucoup aimé ce livre, même si le sujet est glauque à souhait ! Très belle chronique June, avec des termes choisis à bon escient et qui rendent palpable le malaise qui se dégage de ce livre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai été obligée de faire des pauses dans la lecture, la noirceur déteignait sur moi ... c'est dire !

      Supprimer
  5. Je n'ai pas lu ce roman.
    Mais déjà l'article donne le ton sur ce roman noir et lugubre.
    Bravo pour cette belle mise en bouche
    Il me tarde de voir le film !

    VR

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bientôt ... je garde l’œil rivé sur les sorties ;-)

      Supprimer
  6. Ta chronique est diablement tentante et va en faire craquer plus d'un(e) ;) Merci June !

    RépondreSupprimer
  7. L'auteur m'intrigue, il faut absolument que je tente un de ses romans un d'ces jours, mais je vais commencer avec Les apparences je pense.

    RépondreSupprimer
  8. Un auteur que j'ai hâte de découvrir! :)

    RépondreSupprimer