Recherche sur ce blog

mercredi 4 février 2015

Tome 3 : Le Noeud de la sorcière // Déborah HARKNESS

Mes articles précédents, sur les tomes 1 et 2 de la trilogie :
Tome 1 : Le Livre perdu des sortilèges




Présentation des éditeurs :
Diana Bishop et Matthew Clairmont reviennent dans le présent pour affronter d’anciens ennemis et de nouveaux dangers. Dans le domaine ancestral des Clairmont à Sept-Tours, la sorcière et le vampire vont retrouver presque tous les protagonistes du Livre perdu des sortilèges – à une exception près. Une terrible menace pèse sur leur avenir, et elle ne se dissipera que s’ils parviennent à récupérer les pages manquantes de l’Ashmole 782. Mais ils ne sont pas les seuls engagés dans cette quête et le temps presse, car la grossesse de Diana arrive à son terme. Des vieux châteaux en laboratoires universitaires, s’appuyant sur des savoirs séculaires aussi bien que sur les sciences modernes, depuis les collines de l’Auvergne jusqu’aux palais vénitiens, Diana et Matthew, décidés à protéger leur amour défendu coûte que coûte, finiront par découvrir le secret extraordinaire que les sorcières ont percé voilà des siècles et des siècles.

Mon avis :

J'ai attendu longtemps la sortie de ce livre ! Je dois avouer que le début de la lecture de ce tome 3 a été quelque peu chaotique ... Après être restée de longs mois sans la compagnie de la famille Clairmont Bishop et autres amis du présent et du passé, j'ai été perdue pendant près d'une cinquantaine de pages par la colonie foisonnante de personnages divers et variés. D'autant que chacun des personnages porte un nom, un prénom et un surnom ... Une entrée compliquée !

Cependant cela n'a pas entaché mon adoration pour cette trilogie. L'Ashmole et ses secrets se font attendre laissant la place à des spéculations génétiques cortiquées pouvant aboutir à la guérison de la fameuse fureur sanguinaire dont souffre Matthew et ses descendants.

Cette Fureur sanguinaire est au centre du livre avec notamment un des fils renié de Matthew , Benjamin ... Vampire barbare fier de sa fureur, il brule détruit, viole et dédaigne tout obstacle se dressant entre l'Ashmole et lui, persuadé que le mystère de la reproduction des créatures y réside. Matthew doit le tuer , inéluctablement.
C'est au cours de cette poursuite que l'on découvre une nouvelle facette de Matthew, de plus en plus sombre, torturé et dangereusement imprévisible. Recroquevillé, tout à ses démons passés, il souffre en silence sa tâche, séparé de ceux qu'il aime déchiré par les décisions qu'il doit prendre, cassé par leurs conséquences ... Un homme qui fait fondre le cœur des femmes, beau comme un Dieu, dévoué à sa famille, respectueux et respectable,  sensible et torturé, fidèle à ses engagements, mari et père irréprochable, un amant possessif à chaque seconde.

En attendant, loin de lui Diana éclot. L’enseignante d'Oxford a bien changé. Épouse et mère elle se révèle formidable, au sens étymologique :  qui est de nature à inspirer une très grande crainte. Animée par un besoin de protection des siens toujours plus intense, elle devient maîtresse de famille et créature d'une grande puissance. Sa transformation est autant physique que mentale. La déesse est en elle, les armes sont en elle, la prophétie est en elle, sans peur elle avance, même le fier Baldwin pliera devant elle. Apprenant d'Isabeau et de sa propre magie elle occupe dignement la place de chef du scion indépendant Bishop Clairmont .

Finalement les secrets, les réponses qu'on attendait sont plus révélées par la génétique que par le livre de la vie , le pourquoi du comment de l'existence, de la descendance et du croisement des créatures ... L'Ashmole lui, lève le voile sur la puissance de Diana et son rôle majeur dans l'évolution des espèces. Oh oui ! L'histoire portée par cette trilogie est très, très ambitieuse. 

Il a été bon aussi de retrouver des personnages qui m'avaient émus dans le tome 2, comme le petit Jack, l'artiste envoûtant, laissé à Londres au XVI ° siècle ou Chris, le vieil ami de Diana. J'ai été surprise d'en voir partir d'autres, on souhaite une belle aventure à Cora dans le monde des familiers.
Une fois encore cette lecture nous emmène en voyage, de l'Europe aux États Unis, des grands centres de recherches américains, aux vieilles bâtisses humides et froides d' Europe de l'est, Déborah Harkness nous montre sa grande maîtrise de la culture et de l'histoire du monde.

Voilà, c'est terminé. Je quitte avec une légère tristesse le scion Bishop Clairmont, Sept Tours, les grands domaines, les bibliothèques mythiques, l’ordre de Saint Lazare , vraiment à regret. Je ne sais pas quand, une trilogie me tiendra de nouveau  en haleine de la sorte.

9 commentaires:

  1. Quelle belle chronique June ! Tu as capté l'essence de ce bouquin comme personne ! Je suis un peu triste aussi de les quitter... mais il existe beaucoup d'univers à découvrir et on peut espérer que la dame se penchera sur un autre épisode de cette série ... A suivre !

    RépondreSupprimer
  2. J'aimerais tellement pouvoir lire un quatrième tome !

    RépondreSupprimer
  3. Magnifique chronique !
    Comme toi, j'ai regretté que cela s'arrête mais peut-être aurons-nous d'autres histoires de l'auteur tout aussi prenantes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère aussi qu'on aura une adaptation au ciné !

      Supprimer
  4. Superbe chronique ! Tu as su me replonger dans l'univers foisonnant de cette trilogie avec délice ;) Moi aussi ils me manquent et j'aimerai vraiment les retrouver un jour (surtout Gallowglass ;)) Mme Harkness, si vous nous lisez...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as un petit faible pour le beau, le fort, le tatoué ? ;-)

      Supprimer
  5. J'ai le premier tome qui m'attend dans ma pal ^^

    RépondreSupprimer