Recherche sur ce blog

lundi 29 septembre 2014

A la grâce des hommes // Hannah KENT

Présentation des éditeurs :

Dans le nord de l'Islande, en 1829, Agnes Magnúsdóttir est condamnée à mort . En attendant que la sentence soit exécutée, Agnes Magnúsdóttir est placée en résidence surveillée à Kornsá, dans la ferme de l'agent de sécurité du canton, Jon Jonsson, avec sa femme et leurs deux filles. Seul Totti, jeune révérend , tente de la comprendre. Encouragée par le pasteur, Agnes livre le récit de sa vie, et des semaines qui ont conduit au drame, laissant entrevoir une vérité qui n'est pas forcément celle que tous pensaient connaître. A la grâce des hommes est un roman sur la vérité, celle que nous croyons savoir et celle à laquelle nous voulons croire.

Mon avis :

De l'excellente "littérature nordique". 
Peu d'erreur pour cette jeune auteure australienne qui nous livre avec maturité l'histoire de la dernière condamnée Islandaise, Agnès Magnusdottir, alors âgée de 34 ans, accusée de complicité d'assassinat perpétré à l'encontre de son amant, Nathan, mystérieux propriétaire terrien. 

Sous cette plume le lecteur s'évade volontiers près les cotes d'Islande, où les fjords dominent par ce froid brûlant, entre souvenirs et quotidien, avide de connaître la voix d'Agnès.

Partant d'un fait divers existant, ce roman rapporte plus que la vie de la dernière condamnée à mort, il présente sans compassion ni amertume, la condition des femmes démunies au XIXème siècle. Se louant de fermes en fermes, ne demandant que le gîte et le couvert en contrepartie d'un travail harassant sous le vent glacé septentrional, comme punies de n'être ni filles ni épouses. 
C'est ce manque de condition qui valu la hache à Agnès. Femme de tête, passionnée, ambitieuse, belle comme le jour, la "fleur de la vallée" a trop espéré, s'attirant par la même le rejet des gens du peuple. Par défense Agnès les a méprisé. 
Mais le peuple fait la moralité tout comme la loi.
Dans une Islande reculée, un homme fera d'elle un exemple.

A travers sa lente confession d'une vie de résilience, elle s'offre la réhabilitation que personne ne lui concède.   

Hannah Kent, auteure à suivre.




6 commentaires:

  1. Je me suis jetée dessus à sa sortie et maintenant il attend dans ma PAL... Mais tu donnes réellement envie de l'en sortir. ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu n'as pas le temps tout de suite, je pense que la fin d'automne se mariera à merveille avec cette lecture !

      Supprimer
  2. Cette lecture semble bien bien attrayante!Je suis contente qu'elle t'aie plu...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une couverture superbe, un cadre nordique, une femme particulière, une tragédie, une passion, je ne suis pas déçue du voyage.

      Supprimer
  3. Ta chronique donne envie June ;-) Un livre que je ne connaissais pas du tout et qui, du coup, attise ma curiosité ! Lupa

    RépondreSupprimer
  4. Il est dans ma Pal, grâce à toi. Merci

    RépondreSupprimer