Recherche sur ce blog

mardi 4 mars 2014

La dame en Blanc // Wilkie Collins

Présentation des éditeurs :

Dans la fournaise de l été, en ce milieu du XIXe siècle, William Hartright, jeune professeur de dessin émérite, s apprête à quitter Londres pour enseigner l aquarelle à deux jeunes filles de l aristocratie, dans le Cumberland.
Il laisse derrière lui la vie trépidante de la ville et ses étranges incidents, comme cette rencontre en pleine nuit avec une jeune femme terrorisée, toute de blanc vêtue, semblant fuir un invisible danger...
Mais la campagne anglaise, malgré ses charmes bucoliques, n apaise pas le jeune William autant qu il le souhaiterait. La demeure de Limmeridge recèle en effet de bien lourds secrets, et lorsque resurgit la mystérieuse dame en blanc, il est bien difficile d affirmer qu il ne s agit pas d un présage funeste...

Mon avis : 

Depuis plus d'un an ce livre trône en haut de ma PAL, il était temps en février de lui accorder un peu de temps.
Une bonne, une très bonne idée. Au passage un clin d’œil à Stellade.
Il est dit que Dickens enviait cet auteur, et que de nombreux cinéastes se sont inspirés des oeuvres de Collins, je peux comprendre aujourd'hui la raison d'un tel succès auprès de ses lecteurs mais aussi auprès de la grande famille artistique.

Mon entrée dans cette lecture s'est faite avec surprise, en effet lorsqu'on se lance dans un classique on a tendance à penser que le style va prendre du poids, les tournures de la longueur et parfois le sens , un peu de brouillard. Absolument pas , ce texte publié en 1860 est aussi fluide qu'un contemporain ( la qualité en plus si je peux me permettre ? ).

L'histoire quant à elle, correspond en tout point à ce que l'on peut attendre d'un policier victorien, l'atmosphère inquiétante des ruelles mal éclairées, le bruit des fiacres roulant sur le pavé, les brumes angoissantes des cimetières mais aussi et surtout une belle fresque de l'aristocratie anglaise, des personnages qui peignent parfaitement leurs rangs, de la jeune fille mièvre à l'imposteur habile , de la camériste dévouée au gentilhomme audacieux.

L'intrigue tient-elle la route ?
Je me laisserai aller à répondre  un oui conditionnel.
Ne vous attendez pas à un thriller étouffant, à une plume rappelant Chattam ou  Grangé, car vous seriez déçus.
Ici Collins nous écrit à l'anglaise. Il nous tient, nous laisse entendre et nous dévoile.
Dans les coulisses des mariages arrangés,  au cœur de la théorie du complot, à deux doigts du meurtre parfait, son génie n'est pas tant dans le suspens qu'il peut nous garantir mais dans le scénario finement exécuté qui laisse le lecteur incrédule face au nombre de détails incorporés dans l'histoire.
Je ne peux malheureusement rien dire de plus car chaque détail étant une maille capitale du raisonnement je ne peux pas me permettre de spoiler le plaisir de la découverte.
Je me permets juste de lever mon chapeau au comte Fosco que j'ai adoré détester ! Ce troubadour du complot qui séduit irrite et horripile.

Une remarque cependant digne d'une femme de 2014 ... Mais qu'est-ce qu'Hartright peut bien trouver à cette Laura lorsqu'il a une femme telle que Marian à porter de vie ? Ça me dépasse !

Pour conclure, un  bon classique à l'anglaise, un polar victorien comme j'aime en lire, débordant de codes à mettre à mal, une Angleterre contrastée à souhait, de belles retrouvailles avec cette littérature que j'affectionne.


5 commentaires:

  1. C'est plutôt alléchant !!! Tu vas faire éclater ma PAL c'est malin ah ah. ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah Ah Ah ! Nous sommes toutes de vilaines tentatrices les unes envers les autres !!!!!

      Supprimer
  2. Yes! Un magnifique billet qui m'a rappelé bien des souvenirs... Bons. Ravie qu'il t'ait plu. Un classique incontournable et pourtant peu connu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et je te remercie très sincèrement d'avoir mis ce titre en lumière, sans toi et ton idée de LC jamais je n'aurais connu cette petite perle !

      Supprimer
  3. Stellade m'avait déjà beaucoup tenté … tu en remets une couche. Il va falloir que j'essaie de me procurer ce livre rapidement. Merci pour cet avis :)

    RépondreSupprimer