Recherche sur ce blog

lundi 20 janvier 2014

Esprit d'hiver // Laura Kasischke

Présentation des éditeurs :

Réveillée tard le matin de Noël, Holly se voit assaillie par un sentiment d'angoisse inexplicable. Rien n'est plus comme avant. Le blizzard s'est levé, les invités se décommandent pour le déjeuner traditionnel. Holly se retrouve seule avec sa fille Tatiana, habituellement affectueuse, mais dont le comportement se révèle de plus en plus étrange et inquiétant...

Mon avis :

Ce livre constitue ma gifle de la rentrée littéraire, il est à la fois beau, touchant, confus et d'une violence inouïe. Je donne un conseil précieux à tout lecteur qui s'aventurerait dans ce roman, ne baissez pas les bras si vous vous sentez perdu. Esprit d'hiver fait partie de ces livres rares qui prennent leur sens à la toute dernière page.

J'ai d'abord profondément craint cette lecture, les avis sur ce huit clos m’embarrassaient, ce "coup de théâtre" que tous les articles annonçaient me rendait méfiante. Puis je me suis procuré le livre et je l'ai craint une nouvelle fois , peur d'être déçue par trop d'attentes. Ce qui, il faut le dire, est très souvent le cas avec ces auteurs portés aux nues à  la grande rentrée.

Ce livre est finalement magistral.

De l'orphelinat en  Sibérie, à la confortable maison un jour de Noël dans le Michigan, sous une neige dominante, l'histoire d'un amour incommensurable d'une mère pour sa fille adoptive.Un amour puissant, docile, aveugle et parfois honteux.

Laura Kasischke nous déroute dès les premières pages, il faudra d'ailleurs un peu de temps pour s'adapter au rythme des hantises d'Holly.

Vient ensuite le questionnement. Le roman est un brouillard épais que l'on cherche à traverser, les clés du conflit lunatique de cette mère, de cette adolescente ne nous sont pas livrées. De déchirures en petites réconciliations, au fil des comportements de plus en plus incohérents, cette lecture m'a placé en position de recherche, généralement l'auteur distille quelques indices à notre attention pour que la solution vienne à nous. Ce n'est pas le cas ici. Aucun indice ne s'échappe, les nœuds restent serrés jusqu'à cette fameuse dernière page qui , sans préavis, coup le souffle.

Je ne suis pas mère, cependant ce livre m'a largement perturbé, je me suis beaucoup questionnée sur la mère que je pourrais être un jour, sur mes choix et mes comportement futurs, sur le fait que l'amour puisse ou non avoir des limites, sur nos beaux principes et la vie qui les effrite malgré les efforts et les certitudes.

En quelques mots, ce livre a fait naître en moi un grand débat personnel.

Laura Kasischke est un grand auteur, son livre est renversant.

4 commentaires:

  1. Tu le sais, June, j'ai beaucoup aimé ce livre, mais je tiens à te rassurer être mère n'est pas si "perturbant", je n'ai pas eu à me poser les même questions... Ce qui m'a perturbé c'est plutôt de voir qu'une folie dévastatrice peut, du jour au lendemain, faire que le cerveau ne réponde plus correctement ! et là ! ça fait peur ! Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'espère ! Parce que cette abnégation de la réalité est effrayante , l'amour maternel est-il aussi ... fou ? J'ai été totalement abasourdie !

      Supprimer
  2. voilà qui donne vraiment envie de le lire. je note ce titre sans rien attendre des critiques mais sûre d'apprécier ;) merci pour la découverte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je parais un peu bousculée par cette lecture ( ce qui est le cas d'ailleurs ) mais j'ai adoré découvrir cette écriture, cette maîtrise de l'effet choc.
      Merci d'être passée lire mon article ;-)

      Supprimer