Recherche sur ce blog

lundi 5 août 2013

Vivants // Isaac MARION

Présentation des éditeurs :

Le monde est dévasté par une étrange épidémie. Les Morts se relèvent, les Vivants se cloîtrent à l'intérieur de forteresses. Une guerre sans merci les opposent.
R est un Mort. Comme tous les Morts, R n'a pas de souvenirs, pas d'émotions, et, animé par une faim irrépressible, dévore les Vivants. Mais R rencontre Julie. R l'emmène avec lui. Et bafoue les règles des Vivants et des Morts pour rester avec elle. Mais leur monde ne les laissera pas faire.

Mon avis :

J'ai lu ce livre sur le conseil de la responsable du secteur adolescent de la bibliothèque, et bien qu'un peu réticente à l'idée d'aborder le sujet des zombies, je ne regrette pas de lui avoir fait confiance !

Ce livre crée une véritable originalité , le zombie n'est pas ici présenté comme un être infecté ravi de contaminer la terre entière mais comme un corps vide  privé de ses repères et de ses facultés humaines contraint au cannibalisme pour sa survie.

Le personnage principal, R , zombie fraichement débarqué, cherche les réponses qui lui échappent, quel est son nom ? Quelle est son histoire ? Comment peut il developper de nouvelles facultés ? Privé de ses sens et de ses souvenirs , c'est en dégustant du cerveau humain, tout juste mort pour conserver l'authenticité et la fraicheur de la mémoire qu'il contient , que R reste lié, par flash et par procuration, à l'humanité qu'il semble regretter inconsciemment.

C'est aussi et surtout grâce à Julie que l'envie naît, cette jeune fille du clan des Vivants, pleine d'espoirs de rêves et de rires. R, réduit à l'état de chaires en décomposition lente, ressent des envies, perçoit des odeurs, retrouve des vagues de saveurs.

Et si le virus zombie n'était pas une maladie médicale mais spychosomatique ? Et si le désespoir seul était capable de nous enlever notre humanité ?

Un livre fantastqiue qui délivre un message universel d'éspoir en prenant son fondement sur le mal de la société moderne, celle où l'homme s'éloigne de ses semblables pour n'être que colère, regret, mélancolie, desespoir, individualisme et intolérance.

Bien écrit, malin et original.



1 commentaire:

  1. Il faudrait que je le lise celui ci ^^ Il a l'air, vraiment sympa surtout sur les zombies ;) et le film me fait très envie aussi !

    RépondreSupprimer