Recherche sur ce blog

vendredi 12 juillet 2013

Prodigieuses Créatures // Tracy CHEVALIER

Présentation des éditeurs :

 "La foudre m'a frappée toute ma vie. Mais une seule fois pour de vrai" Dans les années 1810, à Lyme Regis, sur la côte du Dorset battue par les vents, Mary Anning découvre ses premiers fossiles et se passionne pour ces "prodigieuses créatures" dont l'existence remet en question toutes les théories sur la création du monde. Très vite, la jeune fille issue d'un milieu modeste se heurte aux préjugés de la communauté scientifique, exclusivement composée d'hommes, qui la cantonne dans un rôle de figuration. Mary Anning trouve heureusement en Elizabeth Philpot une alliée inattendue. Celte vieille fille intelligente et acerbe, fascinée par les fossiles, l'accompagne dans ses explorations. Si leur amitié se double peu à peu d'une rivalité, elle reste, face à l'hostilité générale, leur meilleure arme. Avec une finesse qui rappelle fane Austen, Tracy Chevalier raconte, dans Prodigieuses Créatures, l'histoire d'une femme qui, bravant sa condition et sa classe sociale, fait l'une des plus grandes découvertes du XIXe siècle.

 Mon avis :

 Je me souviendrai de ma première rencontre avec Tracy Chevalier. J’ai eu peur avant de commencer ce livre, j’avais eu plusieurs échos qui répétaient la lenteur, l’ennui … Une crainte qui s’est dissipée à la lecture des deux premières pages , première rencontre avec Mary, lafille à la foudre.

L’histoire avait déjà tout pour me plaire, l’Angleterre, deux femmes indépendantes habitées par une quête passionnelle et commune, érudites à leur façon,se heurtant à un monde d’hommes imperméables à leur savoir et à la place qui leur revient, le tout parfumé à l'odeur de l'océan.

Sans le vouloir et avec beaucoup d’affection , on ressent forcément pour Miss Elizabeth ( la plus âgée du binôme ) une légère pitié à cause de sa condition et de ses envies étouffées. Pourtant son tempérament est remarquable, souvent altruiste et déterminée pour la cause de Mary, sa meilleure ambassadrice sans doute, animée par son propre affranchissement des mœurs de l’époque. Une vraie femme de tête, admirable.

 Mary est le feu du roman, rien d’étonnant sachant que c’est elle la « fille de la foudre » représentant à la fois peur et curiosité. Au caractère instable , parfois impitoyable, cette jeune fille de basse naissance est régie par les émotions qui semblent toujours la heurter. Elle est aussi et surtout Mary, la jeune femme qui permit de faire avancer la connaissance du monde, celle qui avait un don pour trouver des curios, ces corps fossilisés arrivés d’un autre âge.

 J’ai vraiment eu le sentiment de lire un livre classico-moderne, comme s’il avait été écrit par une Jane Austen des années 2000, le texte est riche de connaissances tout en conservant une fluidité surprenante, je l’ai d’ailleurs lu en 2 jours à peine.

Je le recommande bien sûr à celles et ceux qui souhaiteraient découvrir l’auteur et qui craindraient de rencontrer la platitude. Ce livre intelligent et émouvant vous surprendra c’est certain ! Je le conseille également à toutes celles et ceux qui aiment lire le combat de femmes intellectuellement émancipées injustement prisonnières des codes moraux.








1 commentaire:

  1. Je l'ai bien aimé, mais c'est surtout en voyant ses crocs que l'aspect réel du livre lui a redonné un sens!!!

    RépondreSupprimer