Recherche sur ce blog

samedi 1 juin 2013

Sur la route // Jack KEROUAC



Sur la route ... de la "Beat Generation" dont Kerouac est le maître.

Résumé

Avec l'arrivée de Dean a commencé cette partie de ma vie qu'on pourrait appeler ma vie sur la route. Neal, c'est le type idéal, pour la route, parce que lui, il y est né, sur la route... " Dean Moriarty, chauffard génial, prophète gigolo à la bisexualité triomphale, pique-assiette inspiré et vagabond mystique, est assurément la plus grande rencontre de Jack Kerouac, avec Allen Ginsberg et William Burroughs. Aujourd'hui, voici qu'on peut lire ces chants de l'innocence et de l'expérience à la fois, dans leurs accents libertaires et leur lyrisme vibrant ; aujourd'hui on peut entendre dans ses pulsations d'origine le verbe de Kerouac, avec ses syncopes et ses envolées, long comme une phrase de sax ténor dans le noir. Telle est la route, fête mobile, traversées incessantes de la nuit américaine, célébration de l'éphémère. " Quand tout le monde sera mort, a écrit Ginsberg, le roman sera publié dans toute sa folie. "

Mon avis

Que dire ? Il s'agit d'un témoignage un peu déroutant, témoignage de Jack Kerouac lui même alias Sal Paradise, sur la jeunesse des routes, la sienne et celle de ces compagnons de virées, à la recherche du sens de la vie. On perçoit une rupture avec les codes sociaux américains, une volonté d'envisager la vie autrement qu'au travers de grandes villas au gazon parfaitement tondu. Sal tente toutes les drogues, s'emerveille de toutes les déviances sexuelles, veut traverser toutes les villes d'Est en Ouest aux côtés de Dean auquel il voue le culte de la liberté. Mais il cherche surtout l'amour, sans savoir le sens de ce mot.

Ce livre traite de la recherche de soi, de la quête de la liberté dans une Amérique puritaine. Une Amérique, entre 1947 et 1950, que l'on a parfois du mal à imaginer tant elle est différente aujourd'hui. Ce livre pourrait être un manuel pour apprendre à vivre la vie comme elle vient dans sa plus grande splendeur à sa plus profonde débauche.

Comme avec les clochards celestes du même auteur, j'ai eu beaucoup de mal à suivre la lecture car il n'y a pas vraiment de fil conducteur liant les évènements cités, mais comme toujours avec Kerouac malgré la difficulté, je ressens une certaine satisfaction d'en être venu à bout et d'en être certainement beaucoup plus enrichie.

Kerouac a créé le mouvement de la Beat Generation et avec ça l'écriture de l'instant, ne fusse que pour ça il mérite d'être lu ...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire