Recherche sur ce blog

samedi 29 juin 2013

Sobibor //Jean MOLLA



Présentation des éditeurs :



" Je l'ai fait pour qu'on m'arrête ", répond Emma après avoir volé des biscuits dans un supermarché. Que se cache-t-il derrière ses mots, sa maigreur extrême, sa beauté douloureuse ? Quelle est l'origine de son anorexie : l'indifférence de ses parents, le silence, les mensonges savamment entretenus? Emma veut savoir. Emma veut comprendre. La découverte d'un vieux cahier fera bientôt surgir du passé d'épouvantables secrets.


Mon avis :

Dès les premières pages l’auteur nous plonge dans l’univers infernal de l’anorexie, des vomissements, de la solitude et l’incompréhension.

Une famille aisée, des parents respectables et respectés, enfant unique, adorée de ses grands-parents, bonne élève, un petit ami adorable. On se demande bien pourquoi Emma sombre dans cette spirale destructrice. Quelques kilos de trop ne justifient pas le fait que cette adolescente pleine de vie et équilibrée bascule aussi profondément vers l’enfer.
La peau sur les os , elle appelle à l’aide mais à l’aide de quoi ?

Puis le flou se lève.

Un cahier. Un journal … Et le nom de Sobibor, qu’elle identifie rapidement comme l’un des camps d’extermination majeur de l’Est de la Pologne près de Lublin.

Emma y découvre que l’amour a ses limites. Que les adultes trahissent. Elle lit l’odeur des charniers et l’indifférence , elle absorbe la violence des hommes qui condamnent leurs paires sans humanité.

Elle se passionnera alors pour l’histoire de l'une des victimes Anna, et par écho endurera sa douleur.

Emma symbolise la perte de l’innocence et l’incapacité à pardonner la violence des bourreaux. Comme une grève de la faim à long terme en échange d’une condamnation. Un livre Scripto proposé en jeunesse qui je pense peut vraiment perturber le jeune lecteur. Avant de le conseiller à un adolescent il serait judicieux de bien évaluer sa sensibilité.

Pour ma part, lu sur place, en Pologne , ayant passé quelques jours à travailler sur l’histoire de ce génocide, j’ai été particulièrement heurtée. Il m’a fallu plusieurs jours pour me remettre de cette lecture que je n’oublierais jamais.

Je conseille ce livre malgré sa pénibilité. Un appel au secours un appel à sentence à l’encontre des barbares auteurs de crimes contre l’humanité.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire