Recherche sur ce blog

samedi 1 juin 2013

Ru // Kim THUY

Ru, mémoires de l'exil ...

Résumé

Une femme voyage à travers le désordre des souvenirs : l'enfance dans sa cage d'or à Saigon, l'arrivée du communisme dans le Sud-Vietnam apeuré, la fuite dans le ventre d'un bateau au large du golfe de Siam, l'internement dans un camp de réfugiés en Malaisie, les premiers frissons dans le froid du Québec. Récit entre la guerre et la paix, ru dit le vide et le trop-plein, l'égarement et la beauté. De ce tumulte, des incidents tragi-comiques, des objets ordinaires émergent comme autant de repères d'un parcours. En évoquant un bracelet en acrylique rempli de diamants, des bols bleus cerclés d'argent ou la puissance d'une odeur d'assouplissant, Kim Thúy restitue le Vietnam d'hier et d'aujourd'hui avec la maîtrise d'un grand écrivain.

Mon avis

Je reste dubitative à la fin de cette lecture, je suis très partagée, l'intention y est mais je ne suis pas conquise, peut-être ai-je raté quelque chose, vos différents avis me le diront ...

J'ai aimé : Kim Thùy écrit de manière très actuelle ce qui rend la lecture très fluide, les évènements historiques y sont amenés par bribes à l'image de ses souvenirs, ce qui nous permet d'avoir, à la fin de ce livre, une vue d'ensemble sur le contexte qui a enfanté l'exil. J'ai été très sensible aux rapports familiaux qu'elle nous décrit, que ce soit lorsqu'elle évoque ses ascendants comme ses descendants on retrouve un amour encré mais un amour pudique, qui se révèle avec le temps, au fur et à mesure de ses analyses.

J'ai moins aimé : la brièveté des chapitres, j'aurais aimé en lire davantage, je reste avec un sentiment d'inachevé, le livre se termine au moment où je me sens portée par son histoire ...

Au final un joli témoignage que j'aie lu mais que je n'aie pas vécu ( au travers de l'auteur bien sûr), je retiens toute de même une jolie phrase "La vie est un combat où la tristesse entraîne la défaite".

Je pensais y découvrir la culture asiatique, je n'en ai lu que les stigmates à demi dévoilés ... et un sentiment de trop peu :-/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire