Recherche sur ce blog

samedi 1 juin 2013

Nouvelles sous ecstasy // Fédéric BEIGBEDER



Nouvelles sous ecstasy ou sous extase de lucidité ??

Résumé :

Certains territoires du cervelet et d'autres champs de la conscience sont restés inexplorés avant les années quatre-vingt et la découverte d'une nouvelle drogue, la MDMA, plus connue sous le nom d'ecstasy. Drogue dure, cette "pilule de l'amour" à effet rapide "avec une montée et une descente comme dans les montagnes russes" rend la vie des personnages de ce recueil de nouvelles parfois difficile : jouissive avant d'être sombre, heureuse avant d'être déprimante. On s'aime, on se déchire, on fait des choses folles comme voir le monde au bord du gouffre, oublier ses inhibitions et ses tabous... et puis... passer les bornes. Oui sans doute, sans doute, car voilà tout le talent de Beigbeder. Avec beaucoup d'humour et d'invention, il nous propose une réflexion sur l'amour et sur la folie, deux concepts aux multiples ramifications. Et avec toute l'affection dont il est capable, il partage le "trip" de ses personnages, nous offrant la possibilité d'hésiter : est-ce l'auteur qui écrit sous ecstasy ou le récit de la vie d'individus en plein envol ? Peut-être bien les deux, ce qui ne gâche en rien le plaisir de la lecture

Mon avis :

La première nouvelle de ce receuil, fait d'un enchainement de questions et uniquement de ça, m'a provoqué une sensation de tourni ...

La seconde est une claque.

Le ton est donné, Beigbeder ne fait pas dans la finesse, il nous livre une émotion brute, violente parfois, comme un receuil de la levée des inhibitions de tout un chacun.

Une question plane dans mon esprit à la fin de cette lecture quand au titre choisi ... Serait-il une excuse pour justifier le contenu que l'on y découvre dès la première page tournée ? Pour pardonner un discours cru ?

Je ne peux m'empecher de faire un parallèle avec un livre lu il y a peu, par un auteur également chroniqueur littéraire, Nicolas Rey et son léger passage à vide ...

Beigbeder nous offre un petit chef-d'oeuvre décalé, sous extase de lucidité ! Constat de la vague destructrice du tourbillon de la vie, coté obscur ...

Quelques phrases ...



"Une soirée comme une vie, n'est réussie que si elle a mal commencé" extrait. Un texte démodé.



"Aimer ou faire semblant d'aimer, où est la différence , du moment que l'on parvient à se tromper soi même?" extrait. Un texte démodé.



" Je préfère la culpabilité à la frustration".extrait. Extasy à Go-Go.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire