Recherche sur ce blog

dimanche 2 juin 2013

Métamorphose en bord de ciel // Mathias MALZIEU

Présentation de l’éditeur :

Cloudman est sans conteste le plus mauvais cascadeur du monde. Ses performances de voltige involontairement comiques lui valent des jours heureux. Jusqu’à ce qu’un médecin le soignant pour une énième fracture décèle chez lui une maladie incurable. Commence alors pour Tom un long séjour hospitalier pour tenter de venir à bout de ce qu’il appelle « la Betterave ». Lors d’une de ses déambulations nocturnes dans les couloirs de l’hôpital, cet homme qui a toujours rêvé de dévorer les nuages rencontre une étrange créature, mi-femme mi-oiseau, qui lui propose le pacte suivant : « Je peux vous transformer en oiseau, ce qui vous sauverait, mais cela ne sera pas sans conséquences. Pour déclencher votre métamorphose vous devrez faire l’amour avec moi. De cette union naîtra peut-être un enfant. Un risque à accepter. » Dans la tradition de ces contes pour grands enfants, Mathias Malzieu nous raconte l’histoire merveilleuse d’un homme qui veut tuer la mort et tutoyer les cieux. Ce faisant il nous livre une réflexion rare sur le pouvoir de la vie, et de l’amour.

Mon avis :

Sera-t-il objectif ? Je ne peux pas l’assurer … les bloggeurs et bloggeuses qui me connaissent savent à quel point je suis tombée en amour pour l’univers fantastico-dramatique de Mathias !

Comme précédemment nous retrouvons donc cette ambiance rocambolesque, imaginaire teintée de rouge noire ( tout comme la superbe couverture du livre ), des personnages atypiques et attachants, mais surtout, puisque là réside le talent de cet auteur, l’approche de thèmes existentiels, qui seront ici , la maladie, la mort, la différence, la vie ( dans cet ordre pour garder l’originalité )la paternité et d’une manière plus ambigüe la dualité égoïsme/altruisme.

Vivre malade et privé de sa liberté de voltige ? Vivre de voltige par la mutation et privé de sa conscience humaine ? Préféré mourir en tant qu’homme ? Choisir de vivre en tant qu’oiseau ? Autant de questions qui s’impose à Tom et qui ne trouvent de réponse que dans l’accomplissement de la passion qu’il nourrit pour la voltige puis de manière plus fusionnelle pour Endorphine, être hybride capable de le sauver et le perdre à la fois.

Au fur et à mesure de ma lecture une remarque se fraye un chemin dans mon esprit … Peut être que ça ne vaut rien peut être que ce n’est pas si bête que ça … Vous me direz amis de la blogosphère !!

Mathias Malzieu essaye-t-il de nous dire que l’homme perd sa place d’homme en devenant père ?

Après tout … il est évident que plus l’enfant grandit dans le ventre de sa mère plus Tom perd son «  humanité », jusqu’à la naissance … jusqu’à la disparition … non ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire