Recherche sur ce blog

samedi 1 juin 2013

Les grandes espérances // Charles DICKENS



Charles Dickens le double anglais de Victor Hugo ? Possible, pour ma part tout comme avec le grand Hugo je suis prise par la lecture et une nouvelle fois émue par les personnages.

Mon avis

Je me suis tout de suite beaucoup attachée au personnage de Pip, jeune orphelin élevé "à la main" par une soeur despotique mariée au forgeron Joé qui subit malgré son statut les mêmes traitements que le jeune Pip.

Promis à une existence de forgeron, Pip se voit donc attribuer des "espérances" qui vont lui ouvrir les portes du cercle reservé des gentlman. Toute l'intrigue du roman pèse sur la provenance de cet héritage ...

Nous voyons Pip passer de l'enfance à l'adolescence avec ses envies, ses ambitions ses espoirs, et son Estella le bourreau de son coeur.

Et nous voyons Pip passer de l'adolescence à l'âge adulte avec ses peines, des doutes et ses desillusions.

Pip se résigne en fin de compte à quitter le paraître de Londres pour retrouver ses vraies valeurs au pays. Sur place il sait où est le bonheur : dans cette petite maison collée à la forge où il souhaite tout recommencer auprès de Biddy, son amie d'enfance ... Mais il est trop tard. Il n'a plus sa place dans cette maison et Biddy est mariée à Joe depuis le décès de la soeur déspote.

Au final Pip semble toujours chercher sa place ...

Dickens offre une fois de plus un décor qui en impose et qui dès le départ nous transporte, le personnage de Pip m'a profondément touchée par la justesse de ses reflexions.

Peut-être avons nous tous en nous un petit orphelin qui se cherche ...



La phrase : " Il ne faut jamais avoir honte de ses larmes car elles sont comme une pluie bienfaisante sur la poussière aveuglante qui recouvre nos coeurs endurcis."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire