Recherche sur ce blog

samedi 1 juin 2013

Le manuscrit de Cambridge // Rebecca STOTT

Résumé

Une historienne de Cambridge, Elizabeth Vogelsang, est retrouvée noyée, un prisme de verre au creux de la main. Le livre auquel elle travaillait, à propos de la pratique alchimique de Newton – l’aboutissement de l’obsession de toute sa vie pour le XVIIe siècle – demeure inachevé. Son fils, Cameron, demande à son ancienne maîtresse, Lydia Brooke, d’en rédiger les derniers chapitres à la place d’Elizabeth. Lydia accepte et s’installe chez Elizabeth, dans un atelier, au milieu d’un verger, où la lumière ne cesse de jouer sur les murs. Lydia ne tarde pas à découvrir que la violence qui s’abat sur Cambridge et qui donnera lieu à une série de meurtres pourrait bien provenir de faits troublants exhumés par Elizabeth lors de ses recherches. Lydia se retrouve prise au piège d’une dangereuse conspiration qui réveille les fantômes du passé. Le XVIIe siècle se mêle au XXIe et c’est la ville de Cambridge elle-même qui tient lieu de passerelle entre les deux.
Fourmillant de descriptions hautes en couleur de Cambridge, de l’industrie du verre du XVIIe siècle, de l’alchimie, de l’épidémie de peste de 1666 et des découvertes scientifiques de Newton, Le Manuscrit de Cambridge est construit autour d’une énigme historique tout ce qu’il y a de plus authentique à propos des pratiques alchimiques de Newton.

Mon avis

J'ai aimé : L'atmosphère de l'atelier dans lequel Lydia Brooke doit terminer l'oeuvre d'Elizabeth et l'enquête qu'elle y mène entre séances de spiritisme et parcours du combattant dans les méandres des archives historiques. La relation très particulière et très intime qui lie Lydia et Cameron est très frustrante et donc très prenante, on attendra jusqu'à la fin pour en connaître le dénouement qui finalement ne pouvait pas être autre ! Beaucoup d'originalité dans la présence de Newton qui n'apparaît pas dans le roman sous la forme que j'aurais imaginé et ce n'est pas pour me déplaire. On traverse les époques au travers le regard d'Elizabeth la défunte, les marchés les senteurs les démons de Newton et une partie de son travail si peu connu.



J'ai moins aimé : La lourdeur les références historiques qui parfois ralenti le rythme de l'histoire.



En outre un premier roman de Rebecca Stott que je recommande vivement !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire