Recherche sur ce blog

samedi 29 juin 2013

La vie rêvée d'Ernesto G // J-M GUENASSIA







Présentation des éditeurs :



Paris-Alger-Prague. Des années 30 aux années 80. Des guinguettes de Joinville à la peste d'Alger, de la guerre à l'effondrement communiste. La trajectoire de Joseph Kaplan, fils et petit-fils de médecins juifs praguois, héros malgré lui, fataliste et optimiste à sa manière. Ses amours, ses engagements et ses désillusions. Et la rencontre qui bouleversa sa vie, celle qu'il fit avec un révolutionnaire cubain qui passa quelques temps en 1966 dans son sanatorium des environs de Prague, un certain Ernesto G., guerrier magnifique et déchu. Dans la lignée du Club des Incorrigibles optimistes, Jean-Michel Guenassia retrace avec talent le parcours insolite d'un héros malgré lui. On retrouve dans ce roman son art de la narration si particulier, où l'Histoire et l'intime se mêlent dans une fresque captivante et nostalgique.



Mon avis :



C’est un livre qui se lit avec douceur et patience, il faut se délecter, savourer chaque aventure, chaque voyage qu’entreprend Joseph Kaplan.





Deux hommes, deux médecins qui a l’aube de leur carrière sont fiers de clamer leurs idéaux politique et de les porter à la voix publique en défiant les règlements et code établis.



Joseph face à ce choix bien avant Ramon s’interroge, les armes en Espagne, la recherche contre la peste à Alger … Malgré son implication politique « orale » Joseph n’a pas l’étoffe d’un héros ni le courage de son discours. Ce choix mal assumé, il ne l’acceptera qu’au fin fond de la montagne Algérienne où il opérera une réconciliation avec lui-même contraint à une solitude forcée sine qua none à sa survie. Non la prise des armes n’était pas l’unique moyen de porter secours, de tendre la main aux nécessiteux, de réaliser quelque chose de grand.



Des années plus tard, Ramon sera face à la même introspection à la même remise en cause de ses choix. Lui a choisi les armes, la guerre c’est sa vie. La vie de Joseph est celle qu’il aurait pu avoir s’il était devenu médecin chercheur contre la lèpre. Il cherche alors les justifications de sa guérilla. Qu’a-t-il donc fait de si grand ?



Chacun agissant comme le miroir de la vie non vécue de l’autre ils se questionnent en silence. Chacun a-t-il atteint son idéal de vie ? Cette place en ce bas monde nous est-elle réservée ? Que reste-t-il de nos fanstasmes lorsque le train du changement s’en est allé sans nous ?



Mais leurs choix les rattrapent et les réponses leur échappent au bénéfice de leurs engagements provenant d’une réalité qu’ils ne peuvent plus fuir.



Un doux voyage un peu épique, Prague, Paris, Alger, l’Est et sa Bohême … Au cœur des tremblements mondiaux, les nazis les communistes les collaborateurs les détracteurs la violence et la peur , Joseph et Ramon nous prennent par la main et nous montrent comme elle est belle cette nostalgie de nos vies passées et plus belle encore celle de nos vies rêvées.



Une très belle découverte de cette rentrée littéraire 2012.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire