Recherche sur ce blog

samedi 29 juin 2013

La part de l'autre // Eric-Emmanuel SCHMITT



Présentation des éditeurs :

08 octobre 1908 : Adolf Hitler recalé. Que se serait-il passé si l?Ecole des beaux-arts de Vienne en avait décidé autrement ? Que serait-il arrivé si, cette minute là, le jury avait accepté et non refusé Adolf Hitler, flatté puis épanoui ses ambitions d?artiste ? Cette minute là, aurait changé le cours d?une vie, celle du jeune, timide et passionné Adolf Hitler, mais elle aurait aussi changé le cours du monde.

Mon avis :

Lu dans le cadre de la LC proposée par Licorne :http://fanfanlatulipe85.blogspot.fr/2013/04/la-part-de-l-autre-eric-emmanuel-schmitt.html.

La part de l’autre est un livre déroutant gênant et pertinent. Présentée comme un parallèle permanent l’histoire évolue dans deux espaces temps où Adolphe Hitler « subit » deux destins différents.

Hitler tel que tristement connu, et Hitler , jeune artiste séduit par les arts, avide d’expériences et profondément bon.

Alors comment ne pas être perturbée lorsque l’on se surprend à s’attacher à ce dernier personnage, comment assumer avec soi l’attendrissement ressenti pour ce Nom …

L’homme qu’il aurait pu être nous emmène de Vienne à Paris, de Paris à Berlin , avec ses joies et ses doutes en humaniste imparfait qu’il se révèle émerveillé par la beauté de la vie qui lui a été offerte malgré les pertes et les déceptions.

Quand à l’autre Hitler, LE Hiltler … Croqué avec le recul actuel , grotesque , sans « intelligence » arrogant et dicté par sa seule prétention , se plaçant au dessus des hommes tel un demi Dieu ou un élu des cieux, ridicule et terrible à la fois.

Je dis chapeau bas pour la démarche. Je dis chapeau bas pour l’audace.

Je relève aussi l’excellente qualité du texte en ajoutant une mention spéciale aux deux textes du Front , le rythme et le ton donné m’ont coupé le souffle , une lecture en apnée , tellement happée par l’intensité imposée.

La mutation de l’homme à la bête est magistrale …

La part de l’autre est une belle tentative de nous faire admettre que chacun peutbasculer vers l’obscurité de sa personnalité.

Pour ma part, même après cette lecture , je reste convaincue que l’horreur portée par Hitler n’est pas naturellement terrée en chacun de nous, il m’est toujours aussi évident qu’une nature si mauvaise ne naît que rarement dans le cœur des hommes.



Les autres avis ici => http://www.livraddict.com/forum/viewtopic.php?pid=1302596#p1302596




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire