Recherche sur ce blog

samedi 29 juin 2013

HHhH // Laurent BINET

HHHH.jpgPrésentation des éditeurs :
 
A Prague, en 1942, deux hommes doivent en tuer un troisième. C’est l’'opération « Anthropoïde » : deux parachutistes tchécoslovaques envoyés par Londres sont chargés d'’assassiner Reinhard Heydrich, chef de la Gestapo, chef des services secrets nazis, planificateur de la solution finale, « le bourreau », « la bête blonde », « l'’homme le plus dangereux du IIIe Reich ». Heydrich était le chef d'’Eichmann et le bras droit d'’Himmler, mais chez les SS, on disait : « HHhH ». Himmlers Hirn heiβt Heydrich – le cerveau d’'Himmler s’appelle Heydrich. Tous les personnages de ce livre ont existé ou existent encore. Tous les faits relatés ont été vérifiés. Mais derrière les préparatifs de l’'attentat, une autre guerre se fait jour, celle que livre la fiction romanesque à la vérité historique. L’'auteur, emporté par son sujet, doit résister à la tentation de romancer. Il faut bien, pourtant, mener l'’histoire à son terme.
 
Mon avis :
 
Ce premier ouvrage propulse Laurent Binet dans la catégorie des grands createurs d'architecture romanesque. Plume et doigté permettent à l'auteur de nous livrer l'histoire de l'Histoire sans lourdeur ni pénibilité.
 
Une construction singulière encore jamais croisée, Laurent Binet nous propose un aparté dans la réalisation de son roman, au coeur de ses interrogations sur sa légitimité à rapporter le vrai, à commettre l'arbitraire de la séléction des éléments à nous livrer dans un souci permanent de véracité des faits et dans le respect de la retranscription de l'existence des protagonistes phares de l'opération " Anthropoïde".
 
L'histoire est un puits d'informations capitales à la compréhension des stratagèmes de la seconde guerre mondiale au travers d'un épicentre machiavélique, autrement nommé Reinhard Heydrich, cerveau nocif d'Himmler, tristement célèbre pour avoir conçu une solution radicale nécessaire au pogrom planétaire connu sous le nom de la Shoah.
 
La solution finale élaborée par l'imagination d'un homme, certainement le plus fidèle du Reich dont les rapports se terminent par les mots suivants " On ne combat pas les rats avec un revolver, mais avec du poison et du gaz".
 
C'est aussi le destin de deux combattants de la liberté au temps de la Tchécoslovaquie unie et occupée, militants du bien esseulés, à la charge d'une mission suicide, l'assassinat d'Heydrich.
 
Conquise par le style que nous offre Binet, j'ai opté pour une lecture de saveur, entrecoupée, mesurant le compte des pages pour ne pas le terminer trop vite, mais hapée par le rythme, la compulsivité l'emporte à partir de la page 342 du livre qui ne permet plus de refermer l'ouvrage.
 
On suivra en haleine les dernières heures de la mission "Anthropoide" les mains moites et le coeur plein d'espoir, couronnées par le courage et la dignité de notre binome tchécoslovaque qui à lui seul reussit à contenir plus de 700 SS perfides et  assoiffés de sang  aux portes d'une simple église de Prague.
 
Un premier roman touchant l'excellence rédactionnelle et stylistique , une leçon litteraire avant tout, exercice remarquable pour cet agrégé de Lettres, et,  en toile de fond les entrelacements historiques et politiques de notre mémoire collective pourtant encore méconnue dans sa complexité stratégique.
 
 
 
 
 
 
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire